© Antropark 2012, Auteur et illustrations © Libor Balák

E-Mail - Libor Balák:  antropark@seznam.cz

Antropark a été créé dans le cadre du site web de l'Académie des sciences à Brno en 2005.

Retour à la page d'accueil

Antropark se présente

The lord of the world (the first pictorial reconstructional project of Antropark, 1998)

Antropark a été originellement conçu comme une exposition privée des illustrations en ligne qui devaient montrer la singularité du Gravettien morave en tant que centre de civilisation par excellence qui compte de nombreux primats mondiaux. En fait, il devait faire suite aux tentatives de présenter les découvertes archéologiques uniques au public de notre pays et de l’étranger, commencées dans les années 1920 par le professeur Karel Absolon. Il devait aussi vérifier si le réalisme d’illusion - un style artistique qui a rendu célèbre dans le monde entier le peintre Zdenìk Burian - est toujours actuel et atemporel. Aujourd’hui, Antropark fait partie de la science, de la muséologie et des médias. Notamment les illustrations des gens de l’époque des « chasseurs de mammouths » légendaires sont très demandées et l’on peut dire qu’elles font partie aussi de notre culture contemporaine. Les premières illustrations on été faites à la fin des années 1990 pour le public, destinées tant à l’exposition en ligne qu’aux expositions classiques.

Lors des expositions, j’ai souvent entendu à la dérobée de nombreuses remarques des visiteurs auxquelles j’ai toujours réagi par de nouveaux travaux. Enfin, j’ai appris que de toute nouvelles reconstructions d’images étaient incroyables et incompréhensibles pour les gens qui ne recevaient pas d’autres informations. Les gens alors supposaient et attendaient couramment chez les gens d’autrefois le primitivisme et la maladresse dont ils y manquaient. C’est pourquoi j’ai été obligé de passer à une reconstruction plus simple, directe et explicative. Une reconstruction aussi simple que personne avant moi n’a jamais faite. Il semblait même bizarre de m’occuper des statuettes des Vénus et de leurs coiffures dont personne ne s’occupait sérieusement pendant tout le XXe siècle ni avant. Parallèlement avec moi, une chercheuse américaine, professeure O. Soffer, a commencé à s’occuper des statuettes des Vénus. C’était une expérience extraordinaire d’apprendre que pour la culture du Paléolithique la plus accessible de point de vue de l’archéologie - le Gravettien, on n’a jamais défini la persona. Il était fascinant d’être le premier à trouver les formes possibles du vêtement nordique chez les statuettes qui indiquaient le décor du vêtement et le premier à voir devant soi le décor du corps des gens vieux de 20 - 30 mille ans. Avant, on a tout simplement accroché aux gens présentés quelques dents autour du cou, on les a habillé en cuir ou en fourrure, au mieux grossièrement cousus ensemble et c’était tout. Respecter la forme des statuettes était complètement nouveau et prodigieux, idem pour les tombes. En Russie, on a déjà essayé de faire ces reconstructions dans l’institut pour la reconstruction faciale selon le crâne de M. M. Guerassimov. Or ces reconstructions n’étaient pas attractives pour le public et en plus, les vêtements décorés étaient seulement peu marqués sur les bustes des enfants de Sungir. Je me suis donc lancé dans quelque chose qui serait enfin traité dans son ensemble et qui serait en même temps attractif pour le public. C’est ainsi que naît la reconstruction de l’homme de Sungir et des enfants de Sungir. Les illustrations qui en réalité feront le tour du monde et persuaderont facilement que la préhistoire différait complètement de la manière dont elle avait été représentée jusqu’ici.

Antropark s’est donc lancé vers une autre direction. Il s’est concentré sur toutes les découvertes clé et révolutionnaires en archéologie ainsi qu’en d’autres disciplines qui ont beaucoup de choses à dire sur nos ancêtres lointains. Il y a par exemple de magnifiques et importantes découvertes de la morphologie des années 1960 qui n’étaient jusqu’à nos jours intégrées dans les reconstructions. Et il y a aussi la sociobiologie en épanouissement, la formidable biologie évolutive avec la mémétique et aussi l’anthropologie culturelle, pleine des observations suggestives et d’incroyables constatations. Il ne faut pas oublier la génétique qui a définitivement clos l’époque où l’on imagine que les dessins de la préhistoire sont faits par un artiste non initié qui n’a besoin que du papier, d’un crayon et d’un peu d’imagination.

Pour que l’on puisse regarder dans le passé, il faut fusionner les connaissances des nombreuses disciplines, il faut réunir les sciences naturelles et sociales et traiter professionnellement tout cela de sorte que cela donne sens. C’est-à-dire la science et encore la science, le travail et encore le travail. Un amas de travail. Peut-être qu’un jour dans l’avenir lointain je dessinerai quel pourrait être le campement des hommes de Neandertal et leur apparence. Peut-être un jour dans quelques décennies.

Pourquoi dans une période si longue? Nous savons pourtant tout cela. Nous pouvons les voir dans la télé, dans les musées, sur l’Internet. Or toutes ces représentations ont une chose en commun - celle d’être faites à la hâte. Quel air avaient les gens et leur société, c’est une question dont on ne s’occupe que lorsqu’il faut présenter ceux-ci en exposition ou dans la télé. On cherche donc hâtivement des raccourcis qui le plus souvent finissent par reproduire ce qui a été déjà présenté ou par créer quelque chose de très  immature et irréfléchi.

Est-ce la négligence qui règne sur telles institutions? Non, pas cela. Encore pire que cela! De telles institutions spécialisées n’existent pas ! Même Antropark qui est singulièrement lié à la science officielle n’a pas d’environnement d’une institution officielle. C’est juste une ébauche de ce que l’on pourrait faire, si...

Antropark est un voyage plein d’aventures, où il est normal d’être le premier. Il est fascinant d’être le premier à regarder une statuette ancienne et deviner les coiffures, décors ou vêtements d’autrefois. Il est incroyable de savoir que vous êtes le premier à révéler, après des milliers d’années, comment les cultures anciennes percevaient le monde qui les entourait, ce que les habitants anciens de la Terre sentaient, quelles étaient leurs capacités, leurs possibilités. Antropark est une avant-garde solitaire, un brave chercheur qui révèle quel air avait la peau des gens anciens ou quels sont les secrets des principes répétitifs du comportement des cultures. Il reste encore de nombreuses possibilités d’être encore le premier, c’est une chance énorme. Antropark est un voyage aventureux au passé, mais aussi une aventure qui nous apprend comment ne pas se perdre dans le monde, l’aborder et s’efforcer de gagner les moyens pour les choses les plus essentielles et pour examiner les questions fondamentales de la science.

La science et l’art sont dans notre monde eux-mêmes une grande aventure.

 

 

De l’auteur

Les reconstructions d’images présentées ici sont créées par un artiste Libor Balák.

Ce dernier est peintre, élève de l’artiste d’une renommée mondiale Zdenìk Burian. Balák, de même que son maître, se consacrait originairement aux illustrations des livres. Plus tard, il travaillait sur les ludiciels connus Vietcong 1 et 2. Il s’occupait aussi des portraits, de la peinture libre (science-fiction, fantasy, nature vivante, éléments, univers, nus, etc.), des esquisses des couvertures et des affiches (arts graphiques appliqués, peinture appliquée). Dans les dernières années, il se consacre professionnellement seulement à des reconstructions de la préhistoire, soit sous la forme des commandes pour des musées et d’autres intéressés, soit dans le projet Antropark qui s’occupe de la recherche de base. Ainsi, ses reconstructions sont à présent exposées dans plusieurs musées dans le monde entier. Il propage la reconstruction précise et professionnelle et il est auteur des règles de la méthode de travail sur les reconstructions pour des universités, des musées ou ceux qui veulent s’orienter dans ce domaine. Il présente cette discipline également aux étudiants des universités. Il a donc ranimé la paléologie de reconstruction moderne. Il collabore à long terme avec plusieurs spécialistes des universités et des institutions de recherche (par exemple le musée Moravské Zemské à Brno, la Faculté des Lettres de l’Université Masaryk à Brno, Institut d’archéologie de l’Académie tchèque des Sciences à Brno et d’autres) et il est ouvert à d’autres collaborations et possibilités dans la promotion de la recherche critique et dans l’évaluation des anciennes cultures et leur présentation.

À présent, on cherche un moyen le plus flexible et le plus efficace pour assurer la fonction d’Antropark, c’est-à-dire le moyen de traiter les matériels spécialisés et d’assurer la création des nouvelles illustrations. Nous sommes ouverts à toutes les nouvelles idées et à l’aide des musées, universités, instituts de recherche, associations ou personnes privées.

 


S'il vous plaît accepter notre invitation sur le site personnel de l'auteur

où vous pouvez trouver d'autres œuvres à la brosse et un stylo

 

www.liborbalak.wz.cz

 


 

Des rapports mensuels sur les activités du Antroparc

(en tchèque - utiliser le compilateur)

 

 

Ans à l'institutionnalisation de la reconstructive paleoetnologie domaine

(en tchèque - utiliser le compilateur)

 


 

Retour à la page d'accueil

 

Traduire cette page Monika Langerová.

E-Mail - Libor Balák:  antropark@seznam.cz

© Antropark 2012, Auteur et illustrations © Libor Balák